Retour à l'accueil - Retour au dossier 2022 - Adresse courte de cette page : pressibus.org/post - Derrière la légende de Brigitte Macron

Vous pouvez télécharger le dossier 2022 au format pdf (inclus Post-Scriptum jusqu'au 22 février 2024) (20 Mo, 240 pages)
De Jean-Michel à Brigitte Trogneux,
mensonges à l'Elysée
Les Post-Scriptum 2023 et 2024
au dossier Pressibus 2022


Post-Scriptum


  1. Le 16 février 2023. Suite à la plainte présentée en Annexe D 18, le Tribunal de Lisieux a déclaré coupables, ce 14 février, Natacha Rey et Amandine Roy de diffamation à l’encontre du couple Jean-Louis Auzière et Catherine Audoy (article, photo ci-dessous). Il apparaît que Catherine Auzière aurait prouvé qu'elle ne pouvait pas être la mère des trois enfants Auzière, comme nous le pensons dans le présent dossier (Chapitre 27), depuis avril 2022. Bien sûr, des médias pratiquent l'amalgame pour prétendre ou suggérer que tout ce qui se dit d'autre sur la transsexualité de Brigitte Macron est faux et pour la considérer comme une victime (exemple).



  2. Le 22 février 2023. Nous apprenons qu Brigitte Trogneux aurait eu son baccalauréat en 1972, à Amiens, en série A, mention Assez Bien (article du Courrier Picard du 30 juin 1972). Il convient alors de corriger légèrement le scénario ici présenté en estimant que ce serait en 1971, plutôt qu'en 1972 (ce qui reste possible), que Jean-Michel Trogneux et sa future fiancée Brigitte Auzière seraient arrivés à Amiens (Brigitte pouvant donc y être un an avant sa soeur Laure). Dès 1971, Brigitte née Auzière aurait pris l'identité de Brigitte née Trogneux. Ensuite, 1972 serait l'année du Bac, 1973 celle des fiançailles, 1974 celle du mariage. Pour autant, on ne peut pas écarter l'hypothèse où Brigitte née Trogneux serait vivante en 1972, ni celle où elle aurait été remplacée plusieurs années auparavant, avec dans tous les cas sa substitution par son frère Jean-Michel en 1985.



  3. Le 25 février 2023. Nous apprenons qu Brigitte Trogneux aurait eu son brevet des collèges (BEPC) en 1969, d'après un bulletin du collège Sacré-Coeur-Sainte-Clotilde d'Amiens. Comme écrit ci-dessus il y a trois jours, il reste deux alternatives : 1) "Brigitte née Trogneux serait vivante en 1972" (et auparavant au collège), 2) "elle aurait été remplacée plusieurs années auparavant". Sans écarter la première hypothèse, nous optons pour la deuxième, car nous nous rendons compte que, en définitive, elle renforce le scénario que nous avons présenté. Voici donc un correctif  :
    Correctif n°1 à notre dossier 2022, sur la période 1961-1974 (et aussi avant...)
    A plusieurs reprises dans ce dossier, notamment en Annexe A 31, nous avons insisté sur l'importance de Louis Auzière, grand frère de Jean-Louis et père de Brigitte, "agent spécial" de la France. En Annexe A 28, nous avons posé la question : "Jean Trogneux [père de Jean-Michel et Brigitte] a-t-il connu Louis Auzière ?". Bien que nous n'ayons pas trouvé d'indice factuel nous permettant de l'affirmer, nous pensons que oui, ils se sont vraiment bien connus. Jean est né en 1909, Louis est né en 1917. Ils n'ont sûrement pas fait leur service militaire ensemble, mais ils ont pu se connaître lors des remous de la seconde guerre mondiale. Ils ont pu aussi avoir un ami commun ou avoir une autre occasion de se rencontrer.
    Arrive l'année 1961 (environ). Brigitte née Trogneux décède dans des circonstances qui nous sont inconnues et ses parents ne l'acceptent pas, allant jusqu'à ne pas déclarer son décès. C'est là que Jean Trogneux fait appel à son ami l'agent secret Louis Auzière afin qu'il trouve une solution. Nous ignorons les termes de cet accord, mais nous en connaissons les conséquences : Brigitte, la fille de Louis, devient à Amiens Brigitte Trogneux, défunte fille de Jean (peut-être à l'occasion d'un changement d'école, éventuellement après une ou plusieurs années d'absence) et Jean-Michel, fils de Jean, se retrouve à Alger (au moins en 1963, cf. Annexe A 22) en une époque très troublée, probablement pour s'occuper à des tâches de renseignement que lui assigne Louis Auzière.
    La suite, on la connaît, Jean-Michel rentre à Amiens au plus tard en 1973. C'est alors que naît l'idylle entre Jean-Michel et Brigitte, au point qu'ils veulent se marier. Mais, là, catastrophe, c'est impossible puisque Brigitte Auzière est devenue Brigitte Trogneux, la soeur de Jean-Michel. Comment résoudre cela ? Les manigances des anciens ne doivent pas empêcher l'amour des tourtereaux... Jean et Louis cogitent... Avec l'aide de Jean-Louis, le petit-frère de Louis, avec celle de Léonce Deprez, grand ami de Jean (Annexe A 50), et avec celle de Pierre Herreman, l'aumônier de La Providence (Annexe A 48), ils trouvent la solution du mariage truqué de 1974.

    Ainsi, nous en arrivons à expliquer la venue de Jean-Michel à Alger et la raison du mariage falsifié de 1974, avec un fort appui des deux familles Trogneux et Auzière.
    Jusqu'à présent, nous pensions que ce mariage de 1974 avait été créé pour permettre à Brigitte Auzière de remplacer Brigitte Trogneux, nous nous rendons compte que ce remplacement est antérieur et que le mariage a été réalisé pour permettre à Jean-Michel, sous l'identité administrative fictive d'André Auzière et sous l'identité physique ponctuelle de Jean-Louis Auzière, d'épouser sa soeur Brigitte Trogneux, défunte mais administrativement vivante, en fait remplacée par Brigitte Auzière. A ce stade, ce n'est pas encore la connivence entre Jean-Michel et Jean Louis qui est à l'oeuvre (elle le sera en 1985), c'est celle de Jean et Louis. Une participation de Marius Auzière, père de Louis et Jean-Louis, "officier du chiffre", est envisageable.
    Certes il nous manque des faits pour étayer ce scénario (surtout aux alentours de 1961), mais il permet d'emboîter et de réunir les éléments du vaste puzzle qui s'est construit en plus d'un demi-siècle.
    Désormais, il devient primordial de trouver une photo de classe de Brigitte Trogneux au collège ou au lycée (connaissez-vous quelqu'un ayant été dans la classe du brevet ou du bac de Brigitte ? Rappel des listes : 1 2). Si elle est de bonne qualité, elle pourrait permettre de trancher entre les deux hypothèses : cette collégienne ou lycéenne ressemblera-t-elle à Brigitte née Trogneux de 1954/1955 (sur la photo de famille) ou à la mariée de 1974, que nous croyons être Brigitte née Auzière ?
    La comparaison Betaface ci-jointe entre la mariée de 1974 et Laurence Auzière en 1991/1992 classe de 3ème (Annexe A 10) montre une forte ressemblance, à 83%, et semble appuyer le fait que Laurence serait fille de Brigitte née Auzière.



  4. Le 9 mars 2023. Comme prévu (Annexe D7), la plainte-esbroufe déposée par Jean-Michel Trogneux / Brigitte Macron et ses trois enfants a tourné court. L'information est reprise à l'unisson par de nombreux médias (exemple Closer, titre ci-dessous) : "Le tribunal de Paris a déclaré nulle l'assignation pour atteinte au respect de la vie privée et au droit à l'image, estimant que les faits qu'ils dénonçait auraient dû être qualifiés de diffamation publique". Les articles concluent tous ainsi : "Brigitte Macron a intenté une action distincte, au pénal, avec une plainte avec constitution de partie civile pour diffamation publique. Cette dernière, dont la procédure est toujours en cours, a été déposée le 31 janvier 2022". On ne sait rien d'autre sur cette procédure fantôme. Habituellement, les plaintes en diffamation sont rapidement jugées, là ça s'éternise, il n'y aurait même pas de mise en examen... Pourquoi est-ce si difficile à traiter ?



  5. Le 11 mars 2023. On en apprend davantage avec un article du blog de Dominique Droin. A propos de la plainte en diffamation : "Natacha et Amandine ont été mises en examen à ce sujet le 24 décembre 2022, mais n’ont toujours pas été convoquées par le juge. Si l’affaire devait s’enliser et en rester là, comme on peut le craindre, on serait alors privé d’un déballage qui pourrait s’avérer passionnant". Et aussi : "Dans la troisième affaire, celle concernant la diffamation des époux Auzière du Calvados, Natacha et Amandine ont été condamnées le 14 février dernier… sans avoir pu se défendre. Leurs avocats vont tenter de faire annuler cette ordonnance pour vice de forme et, en attendant la réponse, ont déposé un appel qui sera jugé au tribunal de Caen le 10 mai prochain".



  6. Le 16 mars 2023. Hier, Maud Marian, avocate de Natacha Rey et Amandine Roy, s'est entretenue avec Eric Verhaeghe dans un entretien vidéo de 49 mn dont la deuxième moitié (à partir de 19 mn 40) est consacrée au brigittegate. Propos tenus à 37 mn 40 sur la plainte en diffamation : "C'est une plainte, à Paris, devant le juge d'instruction, pas en citation directe, donc c'est une procédure beaucoup plus longue, compliquée, lourde ; pour deux raisons, Brigitte Macron et son frère Jean-Michel sont les demandeurs, il n'y a plus les enfants. Les faits reprochés à Natacha et Amandine, c'est d'avoir dit qu'il y avait eu des actes de pédophilie qui avait été commis, puisque Emmanuel était mineur, et d'avoir dit, dans ces quatre heures d'entretien, que des actes d'état civil, ceux de madame Macron, de son frère Jean-Michel et, du coup, tous les actes de divorce, de mariage avaient été falsifiés". L'avocate estime que le sujet de fond, à savoir que Brigitte Macron serait née homme, n'est pas traité. En ce jour de révolte populaire, où, après avoir dilapidé l'argent public avec son "Quoiqu'il en coûte" en faveur de Big Pharma, l'irresponsable Macron passe en force pour imposer la retraite à 64 ans, les médias dits d'opposition vont-ils enfin frapper son talon d'Achille, qui s'appelle Jean-Michel Trogneux (Annexe D26) ?



  7. Le 2 avril 2023. Le 25 novembre dernier nous signalions, en Annexe D 27, la démission du directeur de cabinet de Brigitte Macron. Ce poste est devenu à très haut risque puisque le nouveau directeur, Jean Spiri, est déjà hors-circuit, victime d'une sorte de burn-out, se plaignant que "l’Elysée est une maison terrible où hélas courent toutes les rumeurs..." et cherchant un autre travail. La presse nationale et régionale s'en fait l'écho (exemple). D'après Eric Verhaeghe (article), "l’affaire fait les choux gras du Tout Paris". Parallèlement, l'agenda de Brigitte Macron, sur cette page du site de l'Elysée (déjà signalée en Annexe A 6), semble être vidée de toute substance depuis le 1er février dernier (19 avril : c'est reparti sur mars, au ralenti)...



  8. Le 7 avril 2023. L'Elysée est devenu le bunker de Brigitte Macron. "La première dame a décidé de ne plus quitter l'Elysée" explique un article du magazine Closer. Certes, en France, la révolte contre la loi sur les retraites bat son plein, mais Jean-Bri-Bri n'accompagne même pas Emmanuel pour sa visite officielle en Chine. Il est vrai que le 8 mars 2022, le journal télévisé chinois montrait les explications de 'Faits & Documents" sur la transformation de Jean-Michel en Brigitte (Annexe D 13). En France, on est loin d'avoir, sur ce type d'information, une telle ouverture d'esprit. Les opposants à Macron refusent toujours de s'en prendre à son talon d'Achille (Annexe D 26). Sur son blog, Lionel Labosse montre à quel point les médias d'opposition, même antivax, restent contrôlés (article). Pourtant, comme indiqué sur un tweet, parmi d'autres, il se peut que "Seule l'affaire Jean-Michel fera tomber la macronie".



  9. Le 16 mai 2023. La Macronie est en souffrance. Le 12 mai, elle a été contrainte d'enfin réintégrer les soignants suspendus, parce que tous les autres pays l'avaient fait (article). Alors que sa Majesté abuse de son droit d'accaparer les médias et pulvérise le record d'interdictions de manifester, les casserolades ne cessent de perturber son action. La dernière, d'hier soir, a même été accompagnée de l'agression physique imbécile de Jean-Baptiste Trogneux, le chocolatier, petit-neveu de Brigitte Macron (articles : 1 2 3). Ne vaut-il pas mieux s'enquérir avec compassion de ce que devient Jean-Michel Trogneux, son grand-tonton étrangement disparu, que sa famille ne cherche pas à retrouver ? (avis de recherche : 1 2) Et aussi demander ce que ce fantomatique Jean-Michel est allé faire en Algérie en 1962 ? Lionel Labosse a justement enquêté à Alger, et publie un article où il ne peut que soulever trois hypothèses. La première est la nôtre : formation d’un jeune agent de renseignement, non pas par la CIA mais par les services secrets français mobilisés par un de ses tous puissants chefs en Algérie, Georges Costes (liens : 1 2 3), beau-frère de Louis Auzière, témoin du mariage de 1974 (Annexe A 48).
    Georges Costes, en tant que témoin du mariage de 1974, était très proche des Auzière, de Louis et de Marius, travaillant pour les services secrets... Il n'est probablement pas étranger au séjour de Jean-Michel Trogneux à Alger en 1963.

    Ci-dessus, article de "L'écho d'Alger" du 28 mai 1852.
    P.R.G. = Police des Renseignements Généraux

    Ci-contre extrait du livre de Yves Courrière "Les fils de la Toussaint".



  10. Le 1er juin 2023. Lors d'un extrait d'entretien, signalé sur la page "Casserolades & Brigolades" de Lionel Labosse, Xavier Poussard fait le point sur l'affaire durant 27 mn. Alors que la plainte Trogneux en diffamation est en dormance, le jugement en appel de la plainte Auzière en diffamation sera rendu le 28 juin. Dans les pièces fournies par les plaignants figureraient des témoignages selon lesquels Catherine Audoy n'était pas enceinte un peu avant la naissance de Tiphaine et - à peine croyable - une étrange photo d'un chauve en maillot de bain censé illustrer un avis de décès d'André Louis Auzière ! Il est aussi confirmé que, malgré le mutisme médiatique généralisé, de plus en plus de personnes comprennent ce qui se passe. La présente page, créée en janvier 2022, vient d'ailleurs de dépasser le million de visites...



  11. Le 1er juillet 2023. Natacha Rey et Amandine Roy, pour leurs propos envers le couple Auzière, avaient été condamnées en première instance, le 14 février dernier, à 2.000 euros d'amende par le tribunal judiciaire de Lisieux, dans le Calvados. La cour d'appel de Caen a décidé une peine inférieure : Natacha a été condamnée à 1.000 euros d'amende et Amandine à 2.000 euros dont 1.600 euros avec sursis. Cela ressemble à une farce quand on compare la légèreté des peines et les grandiloquentes accusations imaginaires des grands médias, ignorant parfois le nom des Auzière et reprenant le refrain de transphobie, complotisme, extrême-droitisme (exemple). On aimerait connaître les attendus du jugement... Après les gilets jaunes, les antivax, les anti loi-retraites, les anti bassines et Lyon-Turin, les banlieues se révoltent : virer Macron tous ensemble ne devrait-il pas être la priorité ?


Le 5 juillet 2023. Un nouveau dossier Pressibus : Derrière la légende de Jeanne d'Arc (avec son pdf, 112 pages, 46 Mo). Les Natacha Rey et Xavier Poussard de l'époque le savaient, les réseaux sociaux répandaient l'info : la Pucelle n'est pas née à Domrémy et elle n'est pas morte sur le bûcher à Rouen en 1431. Le Macron de l'époque, Charles VII, avait imposé aux médias serviles la légende officielle. Mais les faits, camouflés, sont restés là, têtus. De nos jours, la légende commence à régresser, Jeanne n'est plus une bergère qui gardait les moutons, avec Dieu en ligne directe. Qui peut croire qu'à coups de baguette magique, une campagnarde de 17 ans parlait le langage de la Cour et se transformait en brillant chef de guerre ? La réalité était tout autre. De même que pour comprendre le mystère Brigitte Macron, il faut deviner qu'elle est née en tant que Jean-Michel Trogneux, de même pour la Pucelle, il faut deviner qu'elle est soeur ou demi-soeur du roi. Alors oui, tout s'éclaircit... Et on se rend compte que, si elle n'est plus une exaltée guidée par ses hallucinations, Jeanne d'Arc devient une femme ordinaire au tempérament extraordinaire !

Autres dossiers : Derrière la légende de Victorina (souveraine des Gaules) (une légende niée par les historiens, mais qui était véridique), Derrière la légende de Martin de Tours, Derrière la légende d'Héloïse (et Abélard) (deux légendes à nuancer), et bien sûr, Derrière la légende du Covid-19, autant bidonnée que celle de Brigitte Macron... Avec une nouvelle page d'Accueil.
Cocasse : article "Brigitte Macron : « J’ai épousé Jeanne d’Arc »".
L'énormité des mensonges autour de Jeanne d'Arce et du couple Macron est effectivement comparable...




  1. Le 18 juillet 2023. Voici des nouvelles de Jean-Michel Trogneux. Commençons par cette comparaison d'yeux : elle montre qu'il avait un oeil un peu plus ouvert que l'autre, caractéristique que l'on retrouve chez Brigitte Macron, un indice parmi tant d'autres...
    Jean-Michel est malade, il a produit un certificat médical pour ne pas se présenter au Tribunal d'appel de Caen. Brigitte Macron était aussi convoquée, mais son agenda était trop chargé... Quand donc les verra-t-on tous les deux ensemble ? La Justice ne s'en préoccupe pas... Sur le fond, elle estime qu'il est "tout à fait admissible d'étudier et commenter ou critiquer dans les détails la biographie d'une personnalité publique", si bien qu'il n'est "pas reproché à Mme Rey sa volonté d'enquêter". Si quelques points reprochés à Natacha Rey et Amandine Roy peuvent apparaître justifiés, deux d'entre eux ne le sont assurément pas. 1) la thèse soutenue par Mme Rey serait "irréaliste", son enquête ne serait ni fiable ni documentée, ses "raisonnements incompréhensibles" avec cette perle : Jean-Michel Trogneux serait "devenu une femme nommée Brigitte Macron, alors même que Mme Rey a fait citer cet homme (qui est bien vivant) et Mme Brigitte Trogneux épouse Macron". On a là un tribunal qui a refusé de comprendre ce que nous sommes des millions à avoir compris. Il avait pourtant la possibilité de confronter Jean-Michel et Brigitte, voire d'exiger une analyse ADN. Et cela aurait mis fin à toute cette affaire, dans un sens ou dans l'autre. On devine la raison de ce refus... 2) Natacha Rey "ne peut soutenir avoir agi de bonne foi" suite à "l'émotion provoquée chez elle" par "son placement en garde à vue, ce qui est de nature à faire naître une certaine animosité envers les époux Audoy-Auzière". C'est là un comble : subir une injustice (ici une garde à vue arbitraire) provoquerait la mauvaise foi !! Merci Natacha et Amandine d'avoir défendu vos idées ; votre défaite est, en réalité, une victoire, car vous avez démontré qu'il n'est pas possible de prouver que Brigitte Macron est biologiquement une femme. Sur ce point primordial, vos accusations ont été légitimées par l'attitude de la Justice. Cette affaire va donc continuer à gonfler et votre rôle de lanceuses d'alerte sera reconnu. Mais force est de constater, une fois de plus, que nous sommes dans un pays où Justice et médias ne sont pas des contre-pouvoirs, permettant une telle tromperie au plus haut sommet de l'Etat.



  2. Le 28 juillet 2023. La moitié du dernier numéro, 520, de "Faits & Documents" est consacrée au premier volet d'un dossier titré "Jeunesse, éducation et sexualité en Macronie", sujet brièvement abordé ici en fin d'Annexe A 17. En son introduction, Xavier Poussard cite des propos récents d'Olivier Todd (article de "Marianne") qui résonnent avec ceux du psychiatre Adriano Segatori (Chapitre 19) : "Le rapport d'Emmanuel Macron aux Français fait penser à celui d'un enfant excité qui teste les limites avec un adulte et attend de celui-ci qu’il l'arrête". Bien sûr, ce n'est pas un sujet qu'aborde Wikipédia. Mais, après un long silence, l'encyclopédie collaborative de la bien-pensance numérique (qui, nonobstant, a de grandes qualités) a ajouté sur sa page Brigitte Macron un paragraphe "Affaire Jean-Michel Trogneux". Il y aurait une "rumeur", seulement sur Twitter... Deux femmes auraient été condamnées suite à une plainte de Brigitte Macron, alors qu'elle vient du couple Auzière. Donc deux grosses erreurs, orientées, mais on a échappé à la transphobie...



  3. Le 16 août 2023. En cette page, Lionel Labosse fait "Le point sur le Brigittegate". Il y présente trois extraits (1 2 3) de deux longs entretiens du 12 août avec Natacha Rey et son avocat Me François Danglehant (entretiens censurés par Youtube et les plateformes officielles). Le 1er extrait présente l'étonnante preuve de décès (ci-dessous) d'André Louis Auzière (déjà évoquée ici le 1er juin dernier). Le 2ème traite du refus de la Justice de traiter le fond du dossier. Dans le 3ème extrait, Natacha Rey interroge sur les liens potentiels entre Jean-Michel-Brigitte Trogneux et le pasteur Doucé ("Un travesti du nom de Trogneux, se prostituant, fréquentait l'officine du pasteur Doucé"). Elle révèle aussi qu'elle a demandé une analyse ADN de Brigitte et de Jean-Michel Trogneux. La Justice n'a apporté aucune réponse.

    L'étonnant document accepté par la Justice.
    Les deux photos censées représenter André Auzière ont une ressemblance Betaface de 75%.



  4. Le 20 août 2023. Natacha Rey a accompagné l'un de ses entretiens du 12 août par ce document pdf de 114 pages illustrées (25 Mo), dédié à André Louis Auzière. Les anomalies des annonces de mariage et de décès y sont détaillées. Un témoignage en deux pages (1 2) est ajouté : Carine, ex-employée du Crédit du Nord, affirme (en un document CERFA, solennel), qu'à sa connaissance aucun André Louis Auzière n'aurait travaillé dans un des établissements de cette banque. De plus, à sa connaissance, le Crédit du Nord n'aurait eu une agence à Strasbourg qu'en 1991, alors que André Louis est censé y avoir travaillé depuis 1985.

    Extrait du document de Natacha Rey, montrant que le mariage Auzière de 1974 n'est pas présenté comme les autres mariages.



  5. Le 29 août 2023 (complément au P.-S. précédent). D'après les annuaires téléphoniques, le Crédit du Nord avait une agence à Strasbourg, de 1979 (vue) à 1990 (au moins).



  6. Le 14 septembre 2023. Des trois plaintes déposées à l'encontre de Natacha Rey et Amandine Roy, une seule n'a pas été traitée, celle en diffamation intentée par Brigitte Macron. On apprend par un tweet (vidéo) de Mike Borowski reprenant des propos de Me Danglehant, avocat de Natacha, que la diffamation est "ordinaire" portant sur sept propos, mais que ce n'est pas une diffamation portant sur le genre de Brigitte Macron. Ainsi, outre de molles dénégations non argumentées (la dernière du 22 juin dernier, de Closer,titre ci-dessous), la "première dame" admet implicitement, indirectement, qu'elle est née avec un genre masculin. Les médias et les politiques de tous bords s'obstinent à cacher ce mensonge d'Etat de portée internationale, refusant même toute interrogation publique. Ce sont les mêmes qui se prétendent ardents défenseurs de la Vérité... et qui se plaignent du manque de confiance à leur égard.
    Ce qui est considéré comme une "rumeur" n'a pas faibli depuis décembre 2021. Aisni en, en 2023, les Une à gauche de fin janvier, à droite de début sept. et le titre ci-dessous de mi septembre.
    Victimisation théâtrale... Quand il est si facile de montrer que l'on est une femme... Ou publier sa photo avant ou après la naissance d'un enfant... Ou prouver que son introuvable frère Jean-Michel est vivant... Une rumeur ne peut pas s'éteindre quand elle est l'écho d'une réalité. Avec le soutien des journalistes passant outre leur premier devoir de respecter la vérité (Charte de Munich), il est seulement possible de retarder le moment de la révélation à tous.
    La population, pour une part de plus en plus large, depuis maintenant presque deux ans, approche la vérité et juge sévèrement les aveugles, sourds et muets défenseurs de mensonges...



  7. Le 3 octobre 2023. En Macronie, les obsédés de la vaxxination continuent leurs harcèlements en tous sens. La piquouze anti-covid reprend, certes à moindre échelle qu'auparavant, mais avec autant de risques niés par l'Etat (cf. sa FAQ). La pharmacovigilance est ignorée (lien), la surmortalité est interdite d'étude (sauf en Grande-Bretagne où elle s'avère plus forte chez les personnes injectées, cf. vidéo de Pierre Chaillot, qui interroge aussi sur la baisse des naissances, lien). Des résistants sont pourchassés, que ce soit par le Conseil de l'Ordre (Louis Fouché récemment ciblé, lien) ou par la Justice qui monte en épingle des dérapages sans commune mesure avec la mise en danger impunie de millions de personnes (article). Les collégiens de 5ème sont désormais ciblés par une vaxxination massive "Papillomavirus", sur base d'informations malhonnêtes (articles : 1 2 3). Et voilà que l'on s'en prend maintenant à des dizaines de millions de canetons (article)... Ils nous assaillent jusque dans nos assiettes... Heureusement les Japonais n'en veulent plus. Puissent-ils être suivis... Seule amélioration (?) : tout ceci n'est plus annoncé avec fanfares et trompettes médiatiques, les obsédés provax font profil bas...



  8. Le 25 novembre 2023. A ce jour, les nouvelles campagnes de vaccination Covid et Papillomavirus sont des échecs dans la population dite à risque (17% des plus de 65 ans) et - encore plus significatif - chez les soignants (moins de 5 %) (articles 1 2 3). Seules les personnes endoctrinées par les médias (pourtant beaucoup moins oppressants que les deux années précédentes) persévèrent à jouer à la roulette russe, en se faisant piquer ou en en faisant piquer un proche (8 effets secondaires graves sur 1000 en Allemagne, 0 en France ? Articles 1 2 3). Certains s'obstinent même à s'esquinter la santé en portant des masques durant des heures. Cette prise de conscience d'une vaste partie du public s'est faite, en France, sans aucun mea culpa des autorités et médias provax, seulement en prenant en compte l'inefficacité et les effets indésirables autour de soi.
    Du côté de Jean-Michel Macron, pareillement le public sait ou s'interroge par millions, tandis que les médias le nient et cachent la réalité. Par exemple dans un échange entre Dominique Jamet et Pascal Praud le 30 août sur CNews (vidéo de 1 mn 29) ou, à propos de l'atteinte sexuelle sur mineur (Emmanuel 15 ans, Jean-Michel 47 ans, ayant autorité, article 222-28) un moment de grand malaise avec le même Pascal Praud et ses invités (vidéo de 1 mn 03). Sur ce thème, la presse US commence timidement à s'exprimer (article du New York Post, 19 novembre). Elle a beaucoup plus à dire, mais la docile marionnette Macron est encore trop précieuse...
    A gauche une allusion dessinée à la scène d'origine (publiée sur le fil telegram des Perruques Jaunes, lien), puis Vincent Hervouët qui, dans la vidéo précitée, y fait une allusion parlée, puis Pascal Praud et les trois qui ont compris et restent sans voix, gênés par leur incapacité crasse à faire la moindre allusion, la moindre interrogation, à une réalité qu'ils veulent maintenir cachée. Et on se prétend journaliste, et on se prétend un média d'information... Un bon point tout de même pour le journaliste Vincent Hervouët qui, malgré sa grande prudence, montre que ça peut bouger. En attendant le grand chambardement ?



  9. Le 27 novembre 2023. Dans le nouveau numéro de "Faits & Documents", n°525, Xavier Poussard, par une série de recoupements, valide l'article de Mary Josephson "Le Dr Bui Quy Minh, expert des opérations de changement de sexe, a opéré Brigitte Macron" paru le 22 septembre dernier sur le site apar.tv. Ce docteur qui, depuis 25 ans, est un spécialiste mondialement connu de la "féminisation du squelette facial dans le cadre du transsexualisme" apparaît être "une pièce centrale du puzzle".

    En juillet 2019, Brigitte Macron s'est faite opérer à l'hôpital américain de Paris dans l'unité de chirurgie plastique et esthétique.
    Voir l'article de Patrick Bui sur les pages 96 à 103 du n°3 de la revue Team (août 2015) ou ici.
    Dans ce même numéro (disponible ici), le dossier Trump sur les Macron est analysé (sur des bases très parcellaires), avec ce propos d'un proche de l'ancien président des Etats-Unis (Mike Lindell, avril 2021) : "Nous faisons des recherches sur Emmanuel Macron, et s'il a fait quelques chose d'illégal - qui ne relève pas de la politique... C'est un homme horrible. Un homme horrible, horrible. Les choses qu'il a dites au téléphone : il est sur des enregistrements...". Vrai ou faux, cela s'éclaircira-t-il un jour ? Pourquoi garder le secret sur ce dossier ?


Le point de la situation au 29 novembre 2023
    Le 29 novembre 2022 se terminait le dossier Pressibus 2022 sur Brigitte Macron. Un an exactement plus tard, les Post-Scriptum sont séparés du dossier principal afin d'en alléger l'accès. C'est l'occasion de faire un rapide bilan.

    Notre dossier, mêlant certitudes et hypothèses, garde sa pertinence. Seul le Post-scriptum n°3 du 25 février a apporté un correctif, les 19 autres ont affermi nos positions, de même que les autres informations recueillies, non répertoriées. Nous sommes les seuls, à notre connaissance, à mettre à disposition de tous un scénario global permettant de connaître ce qui s'est réellement passé; notamment pour la naissance des trois enfants Auzière. Il repose sur l'existence successive de trois Brigitte Trogneux :
    1. celle née Brigitte Trogneux en 1953, probablement décédée vers 1961, sans que ce soit déclaré,
    2. celle née Brigitte Auzière, remplaçant la première vers 1963, se mariant avec le fictif André Louis Auzière en 1974 et donnant naissance aux trois enfants Auzière, avant d'être probablement exfiltrée,
    3. et enfin celle née Jean-Michel Trogneux, grand-frère de la première Brigitte, père des trois enfants, devenu Brigitte Trogneux mariée Auzière vers 1985, devenue Brigitte Macron en 2007.

    Ce scénario à plusieurs avantages :
    • Il est assez complexe et ancien pour comprendre qu'on ait pu le cacher derrière une légende romancée.
    • Le premier mensonge (la disparition de la première Brigitte) provoquant les suivants, il explique le silence complice de la famille Trogneux et de quelques membres de la famille Auzière.
    • Il repose sur un minimum de falsifications, surtout deux, les mariages de 1974 et 2007 orchestrés par Léonce Deprez ; le mariage de 1980, qui certifie l'existence de Brigitte née Auzière (c'est elle et non Brigitte née Trogneux qui est le témoin du marié, Jean-Michel, cf. Chapitre 30), n'apparaît pas falsifié.

    L'engrenage des mensonges est le suivant :
    1. 1961/1963 la disparition de Brigitte née Trogneux est niée, provoquant son remplacement par Brigitte née Auzière,
    2. 1974 Jean-Michel Trogneux veut l'épouser mais elle est officiellement sa soeur, d'où la nécessité de truquer le mariage de 1974,
    3. 1985/1986 Brigitte née Auzière ne veut plus (ou ne peut plus) tenir le rôle de Brigitte Trogneux, la famille Trogneux accepte que Jean-Michel la remplace,
    4. 2007 Jean-Michel et Emmanuel Macron veulent vivre comme un couple officiel, ils truquent leur mariage avec l'aide de celui qui avait faussé le mariage de 1974, le très respectable Léonce Deprez.

    D'autres scénarios, plus ou moins esquissés, restent possibles, mais, à ce jour, ils n'ont pas ces avantages. Tous s'accordent à considérer que Brigitte Macron est née Jean-Michel Trogneux ; la principale divergence concerne la mère (voire les mères) des trois enfants.

    Des hypothèses sont aussi émises sur Emmanuel Macron, notamment sur l'identité de son père. Là, l'opacité n'est guère percée, pas plus en 2023 qu'en 2022 ; nous avons vaguement ouvert quelques pistes, sans aller plus loin.


  1. Le 30 novembre 2023. Nous avons vu à plusieurs reprises que certains souvenirs de Brigitte Macron sont ceux de Jean-Michel, de 7 ans et demi son aîné. Notamment pour ses études à Alger (Annexe A 22) et pour sa présence aux Etats-Unis en 1969 (fin du Chapitre 8). Voici un nouvel exemple d'impossibilité chronologique révélé, le 17 novembre, par le fil telegram "L'affaire Jean-Michel Trogneux" (lien). Le 12 janvier dernier, la presse se faisait l'écho des propos de Brigitte Macron : " J’ai porté l’uniforme comme élève : quinze ans de jupette bleu marine, pull bleu marine." (article du Monde). Or le livre "Brigitte Macron l'affranchie" (Maëlle Brun, 2018) contient le témoignage de Béatrice Lepage, épouse Jean-Jacques Leroux, qui a connu Brigitte Trogneux (la n°2) lors de sa scolarité. Elle déclare qu'à la rentrée de 1969 "l'uniforme est abandonné" (comme en de nombreux autres établissements, suite à Mai 1968). Née en 1953, alors âgée de 16 ans, Brigitte Trogneux n'a pas pu porter l'uniforme durant 15 ans, loin de là... Par contre son grand-frère, né en 1945, qui avait 24 ans en 1969, a pu porter l'uniforme (masculin) durant 15 ans.

    Quand l'AFP diffuse une information mensongère, tous les médias français la considèrent comme véridique...
    Ce même fil telegram soulignait, le 3 novembre dernier, que Jean-Michel Trogneux a vendu les parcelles qu'il possédait à Blangy Tronville le 4 décembre 1984, un peu avant que Brigitte Trogneux (la n°3) s'installe en Alsace, en 1985. Nous avons déjà présenté un similaire passage de relais de Jean-Michel à Brigitte (la n°3), quand le premier a vendu sa maison de La Neuville sur Oudeuil en 1990, un an avant que la seconde (et identique) achète, en 1991, une maison à Amiens (Annexe A 51).



  2. Le 1er décembre 2023. La Macronie a été contrainte d'abandonner l'apartheid Covid de 2021, mais elle tente d'y revenir pas petites touches. Les Jeux Olympiques de Paris 2024 en sont une première occasion. Dans la capitale, les S.D.F et les bouquinistes des bords de Seine seront interdits, on ne pourra entrer dans certaines vastes zones habitées qu'en montrant un QR Code (article). L'avocat Fabrice Di Vizio tire la sonnette d'alarme en une vidéo de 3 mn 41. Par touches successives, sous prétexte de dangers en tous genres, on sent la volonté de contrôler la population par QR-Code, reconnaissance faciale, censure, interdictions, pistages numériques etc. L'orientation totalitaire est maintenue avec l'aide des médias unanimistes et anesthésiants, conformement à d'autres puissances occidentales, parallèlement à une militarisation et une nucléirasation accrues. Jusqu'où nous mènera cette dérive, dont le couple Macron est un important rouage ?
    Dans sa publication "Faits & Documents" (site), Xavier Poussard montre l'effrayante face cachée de la Macronie, en trois gros dossiers, dont celui sur Brigitte Macron. On y fait la connaissance de tortueux personnages comme Jean-Marc Borello. Dans un entretien vidéo-audio de 33 mn avec Eric Verhaegue, Xavier Poussard présente ce discret pilier du pouvoir (entretien plus long de 1h 32 mn, avec Mike Borowski, notamment sur Cyril Hanouna, et aussi sur Brigitte Macron à 1:07:50).


  3. Le 13 décembre 2023. Le numéro 527 de Faits & Documents vient de sortir (page 1), il constitue le 8ème épisode du "Mystère Brigitte Macron". Il s'appuie sur une nouvelle photo de Jean-Michel Trogneux, en classe de 9ème (CE2) à La Providence. De nombreuses comparaisons de photos sont présentées. C'est un exercice délicat et nous allons prendre le temps d'analyser ce nouvel élément. De prime abord, ont peut déjà dire qu'il y a une forte ressemblance avec Brigitte Macron... Comme frère et soeur ou comme la même personne ? Le contexte ne peut pas être ignoré et il est sans appel : cela s'ajoute à un tas d'autres indices en tous genres, graves et concordants, accréditant la deuxième hypothèse...



  4. Le 15 décembre 2023. Voici donc l'analyse de ce que présente Xavier Poussard dans le numéro 527 de F&D. C'est un numéro très différent des autres pour s'appuyer principalement sur de nombreuses comparaisons de photos, réalisées avec le réputé logiciel chinois Megvii Face++. Il en résulte quelques conclusions. A notre avis, on ne peut pas considérer que ce sont des preuves : les photos d'origine sont souvent de mauvaise qualité et un comparatif de photos, surtout entre enfant et adulte, n'a pas la validité d'une comparaison de voix entre adultes, telle qu'elle a été présentée au Chapitre 14. Elle la corrobore tout de même pour la conclusion principale : Brigitte Macron et Jean-Michel Trogneux sont la même personne. A 52 % pour Face++, au-dessus de son seuil critique de 50%.
    Par un autre logiciel, Betaface, Jean-Michel serait Brigitte Macron, à 74% (ci-dessus), juste en dessous de son seuil critique de 75%. Avec la photo de l'écolier légèrement retouchée (provenant d'un fil telegram), la ressemblance passe au dessus, à 77 et 76 %. Enfin, ci-dessus à droite, Betaface estime que l'écolier (en CE2, il a 8/9 ans, donc 1953/1954) est bien le Jean-Michel Trogneux de la photo de famille (estimée à 1954/1955), avec 76%, là encore de façon plus modérée que les 100% de Face++. C'est surtout assuré par l'enquête de F&D ayant permis la découverte de cette photo de classe.
    Analysons rapidement les 12 pages de F&D527.
    1. (page 2) Cela confirme notre opinion : Catherine Audoy, épouse de Jean-Louis Auzière, a apporté des preuves qu'elle n'est pas la mère des enfants Trogneux. C'est la cause première de la condamnation de Natacha Rey dans le procès intenté par les époux Auzière.
    2. (page 2) Par contre les preuves de l'existence d'André Louis Auzière nous apparaissent légères, en particulier celle sur le livret de famille, quand on prend en compte les liens des Auzière avec les services secrets, et aussi les liens des Trogneux avec le maire du Touquet (Annexes A 31, 50).
    3. (page 2) La photo du mariage de 1974 apparaît effectivement authentique pour être parue dans plusieurs journaux, mais il n'empêche que c'est une photo qui pourrait être retouchée, avant parution (Annexe A 9, 43, 48). Les retouches étaient alors maîtrisées et habituelles (fin de l'Annexe A 48). En cela elle pourrait ne pas être pas authentique.
    4. (page 2 et page 7) Les photos du "petit gros" ne nous apparaissent pas être celles de Jean-Michel Trogneux. En particulier, la forme des oreilles n'est pas la même. Et le journaliste Moadab qui a légendé une photo n'est pas fiable (Annexe A 7). Face++ va en ce sens, avec un score de ressemblance (pour la photo de l'écolier) faible, égal à 42%.
    5. (page 3) L'état civil de Jean-Michel Trogneux a certes une allure correcte, mais il y manque l'indication de sa transition de genre, de son changement d'identité et de son mariage de 2007. Pour André Louis Auzière et pour Brigitte Macron estimée Trogneux, l'état civil a pu être corrigé sur la base des mariages de 1974 et 2007, déclarés par le maire du Touquet, Léonce Deprez (Chapitre 30). Et le document de décès de 2019, avec la photo bizarre, a un étrange aspect (P.-S. 14).
    6. (page 3) Personne n'a réussi à prouver qu'un Jean-Michel Trogneux vivrait au 14 rue des Vergeaux à Amiens. Il n'y a donc pas lieu de le croire. La présence d'une boîte aux lettres à son nom est insuffisante (Annexe A 8).
    7. (page 4) Cet arbre généalogique est celui de la légende Brigitte Macron.
    8. (page 7) En P.-S. 14, nous avions comparé par Betaface les photos attribuées à André Louis Auzière lors de son mariage et de son décès. Le score était de 75 %, exactement le seuil critique Betaface. Face++ considère que c'est la même personne, avec 100% (!) (alors que de visu c'est loin d'être évident). Par ailleurs, Face++ réfute qu'André Louis de 2019 (chauve) soit Jean-Louis Auzière âgé (chevelure épaisse) par un score de 25% ; il n'y a effectivement guère de doute. Il n'en est pas de même entre Jean-Louis et le marié de 1974 (tous deux à chevelure épaisse), avec un score Betaface de 71% (Annexe B 6) et avec une ressemblance reconnue de visu. Il n'y a pas là de quoi appuyer pleinement l'hypothèse que Jean-Louis ne serait pas André Louis. Cela la rend seulement un peu plus probable. Il y a déjà eu deux faire-valoir démasqués : Claude Hugot et Jean-Paul Debes (Chapitre 9).
      Ajoutons que la mise à l'écart de l'agent secret Jean-Louis Auzière apparaît peu pertinente pour n'être basée que sur la photographie du marié de 1974. Il serait nécessaire de disposer de photos de Jean-Louis à cette époque. Et même si ce n'est pas lui, cela ne serait pas significatif : un acteur a pu être embauché au mariage de 1974 et sa photo, quand il était âgé, a pu être reprise pour son décès. C'est un point secondaire, cela n'ôte pas grand chose à l'inexistence d'André Louis et au rôle de Jean-Louis Auzière. .
    9. (page 8) Face++ estime que Brigitte Macron ne serait pas la mariée de 1974, avec 37,5 %. Betaface attribue une ressemblance entre 65 et 71% (Annexe A 9). Cette mariée ne serait donc pas Brigitte Macron, comme l'indiquait le titre de notre Chapitre 29. Quant à savoir si elle est Brigitte née Trogneux, on va y revenir dans l'encadré ci-dessous.
    10. (page 9) Face++ estime que Brigitte Macron n'est pas la communiante présentée comme étant Brigitte Trogneux. Betaface estimait la comparaison à 72 %, contre 74% entre la communiante et Tiphaine Auzière (Annexe B 2). Comme on estimait déjà que cette communiante n'était pas Brigitte Trogneux, cela reste accessoire. Rappelons qu'il y a deux autres fausses photos de Brigitte Trogneux (Chapitre 7).
    11. (page 10) Vu en début de ce Post-Scriptum, Brigitte Macron serait Jean-Michel Trogneux.
    12. (page 11, résumé des scores Face++ déjà présentés)

    Remarquons que Face++ et Betaface ne traitent pas les comparaisons frère-soeur et parent-enfant. Faisons-le avec Betaface.
    Entre 72 et 79 %, Brigitte et Jean-Michel Trogneux sont frère et soeur. Avec 72 %, Jean-Michel n'est pas la mariée de 1974.
    Avec 80%, la communiante Tiphaine Auzière est fille de la mariée de 1974.
    En résumé, nous sommes d'aplomb avec Xavier Poussard, sauf principalement en ce qui concerne la véritable identité de la mariée de 1974, et accessoirement sur l'identité du marié. Même si cela a déjà été effectué en partie (dernièrement le 29 novembre), voici une série d'arguments expliquant notre positionnement à ce jour.
    Les raisons pour lesquelles la mariée de 1974 ne serait pas Brigitte née Trogneux
    Brigitte née Trogneux, puisqu'elle n'est pas Brigitte Macron, a disparu dans des conditions que nous ignorons. Soit elle a été exfiltrée, soit elle est morte, sans que son décès ait été légalement déclaré. De quand date cette disparition ?
    • Avant 1974, hypothèse A. Alors Brigitte née Trogneux ne serait pas la mariée de 1974, elle aurait disparu auparavant, probablement vers 1961, entre la photo de famille de 1954/1955 et sa présence au collège vers 1963. Il y aurait alors trois Brigitte Trogneux, celle, l'authentique, de 1953 à 1961, celle de 1961 à 1985 (en fait Brigitte née Auzière ou une autre personne) et celle d'après 1985 (en fait Jean-Michel Trogneux devenu Brigitte Macron).
    • Après 1974, hypothèse B. Alors Brigitte née Trogneux serait la mariée de 1974 et elle aurait disparu vers 1985, après la naissance de Tiphaine, et avant l'arrivée de la dernière Brigitte Trogneux, future Brigitte Macron, à Truchtersheim, en 1986.
    Chacune de ces deux hypothèses apparaît plausible à ce jour. Quelle est la plus probable ?
    1. Il s'est passé quelques chose de très grave vers 1961, Brigitte Macron, alias Jean-Michel Trogneux, a été marquée par le décès d'une nièce. Or aucune de ses nièces n'est décédée alors. Dans l'hypothèse A, ce serait sa soeur Brigitte (Chapitre 20). L'hypothèse B n'apporte aucune explication sur ce drame étonnant.
    2. Le grand avantage de l'hypothèse B est d'être plus simple. Mais c'est aussi une faiblesse car elle devrait être plus facile à vérifier. L'absence de photos de famille de Brigitte Trogneux entre 1957 et 1986 (seule celle du mariage de 1974 ferait exception) est extraordinaire. Un trou noir de 30 ans. Pour les deux hypothèses, on a une explication : les photos montreraient la supercherie d'une jeune fille trop différente de Brigitte Macron, ce serait encore plus net qu'avec la photo de 1974. Il y aurait tout de même de quoi trouver une photo de groupe, pas trop nette, vers 1960, avec le frère et la soeur ensemble. Non, rien. Comme si c'était impossible. Avec A c'est effectivement impossible, avec B ce serait possible.
    3. Le mariage de 1974 apparaît truqué, à cause de la méconnaissance des mariés qui semblent parachutés, sans antériorité proche, à cause de la photo éventuellement retouchée et à cause de sa présentation inhabituelle dans la presse. Et aucune autre photo de ce mariage. A cause aussi de la personnalité de l'ordonnateur, le maire du Touquet Léonce Deprez (alors qu'un mariage à Amiens aurait été plus naturel...), grand ami de Jean Trogneux, le père de Jean-Michel, et à cause de la présence des Auzière et de Georges Costes, proches des services secrets (P.-S. 9). Il y a aussi l'étrange "absence de communication dans le Carnet mondain du Courrier Picard, comme les Trogneux en ont l'habitude" [F&D501p08]. Dans l'hypothèse B, on ne comprend pas la nécessité de ces étrangetés. Dans l'hypothèse A, on a une explication flagrante : Jean-Michel Trogneux et Brigitte née Auzière, futurs parents des trois enfants Auzière, ne peuvent pas se marier, car la mariée a pris l'identité de la soeur du marié. Seul un bidouillage d'état civil avec l'aide de Deprez et des Auzière, associé à une apparence fabriquée, pouvait le permettre.
    4. Avec un Betaface de 70% (illustration ci-contre), la mariée de 1974 ne serait pas Brigitte née Trogneux. Surtout, elle n'ont pas les mêmes oreilles, alors que Jean-Michel Trogneux et Brigitte Macron ont les mêmes oreilles (qui ressemblent à celles de Brigitte née Trogneux) (fin du Chapitre 8). C'est confirmé avec la nouvelle photo.
    5. L'hypothèse B peut être décomposée en B1 et B2. B1 : André Louis Auzière est un personnage fictif (comme dans l'hypothèse A). B2 : il est une personne réelle. Xavier Poussard semble opter pour B2, alors que la comparaison photographique Face++ n'est pourtant pas formelle (52 %). Or tout l'argumentaire du personnage fictif (Chapitre 9) reste valable. Il y a trop peu de preuves de l'existence de ce personnage.
    6. De plus, si André Louis existe, cela signifie que Brigitte Macron / Jean-Michel Trogneux n'est pas le père des trois enfants Auzière. Ni la mère. Or l'attachement que leur témoigne Brigitte Macron a tout d'un attachement parental. C'est certainement l'argument le plus fort pour réfuter B2. Et il fragilise fortement B1, car pourquoi aurait-t-on effacé de façon aussi spectaculaire un personnage qui serait bien réel, ayant eu de 1974 à 1985 une vie banale, au vu et au su de ses voisins et de ses collègues de travail ? Il n'y a pratiquement pas de témoignage...
    7. Brigitte née Auzière existe, sauf si le mariage de 1980, où elle a signé comme témoin, est lui aussi truqué. Or rien ne le suggère... (Chapitre 30 partie 2)
    8. A supposer que la mère des trois enfants Auzière soit Brigitte née Trogneux (hypothèse B), Brigitte Macron serait leur oncle. Pourquoi donc a-t-il voulu à ce point devenir leur mère, alors qu'il est déjà le père de deux enfants (Jean-Jacques et Valérie, issus du mariage de 1980), qu'il semble avoir délaissés ? Cela apparaît peu vraisemblable. Alors que dans l'hypothèse A, le père devient la mère, cela se comprend beaucoup mieux.
    9. La présence de Jean-Michel Trogneux à Alger en 1963 s'explique avec l'hypothèse A (un service rendu aux Auzière en échange du remplacement de Brigitte née Trogneux), elle apparaît inexplicable dans l'hypothèse B.
    10. Dans les deux hypothèses A et B, le mariage d'une transsexuelle en 2007 avec Emmanuel Macron est illégal et a été truqué par le maire Léonce Deprez. Pourquoi l'aurait-il fait ? C'est avec Jean Trogneux, décédé en 1994, qu'il était très proche, pas avec son fils Jean-Michel. S'il l'a fait, c'est au nom de cette vieille amitié, à cause d'événements anciens concernant Jean. Par l'engrenage d'une énorme tromperie à laquelle il avait déjà participé au mariage de 1974. Tout aurait commencé avec le lourd secret d'une grande famille bourgeoise de province, qui a caché la disparition de sa fille Brigitte vers 1961 et a opéré son remplacement vers 1963 par celle qui allait devenir la mariée de 1974.
    11. Bien que présentée de manière labyrinthique, notre recherche prend en compte un spectre d'indices beaucoup plus large que les comparaisons photographiques de ce numéro de F&D : carrière professionnelle, domiciles, propriétés foncières, activités commerciales, graphologie, ascendants et devenir de chacun des protagonistes.
    Donc, si Xavier Poussard penche vers l'hypothèse B2 dans le dernier F&D (arbre de la page 12) (ce n'est pas son hypothèse, ni celle de F&D, c'est celle qu'il a déduit de son étude en suivant les indications de Face++, c'est l'hypothèse Face++), nous privilégions toujours l'hypothèse A (arbre au Chapitre 32, repris de façon simplifiée ci-dessous).

    A gauche l'arbre de l'hypothèse B2 Face++ en page 12 de F&D 527. A droite l'arbre simplifié de notre hypothèse A.
    C'est une affaire qui n'est pas simple, étalée sur 50 ans, deux générations, avec d'importants rebondissements. La tentation de la simplifier est naturelle, mais elle se heurte à certaines réalités. La découverte de nouveaux indices fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre. L'hypothèse Catherine Audoy mère des trois enfants Auzière semble désormais écartée, on avance.
    L'essentiel reste que Jean-Michel Trogneux a usurpé l'identité de sa soeur et est devenu Brigitte Macron, en un énorme mensonge d'Etat camouflé par des médias qui, en restant complice de cette tromperie de plus en plus reconnue, s'enfoncent dans le discrédit et la défiance.



  5. Le 16 décembre 2023. Les conséquences de la révélation du dernier numéro de "Faits & Documents" se poursuivent en plusieurs points.
    1. Ce brigittegate qui continue à prendre de l'ampleur, deux ans après sa révélation, va-t-il, comme pour les médias, élargir le discrédit et la défiance envers les hommes et femmes politiques de notre pays ? En cette lettre ouverte, Lionel Labosse demande solennellement, avec une approche humoristique, aux députés et aux sénateurs de réagir "pour sauver l’honneur de « Brigitte » et de la France".
    2. Il met en avant le tort que porte cette affaire à notre pays. Car non seulement l'information circule à travers le globe sur les télévisions officielles de Russie, de Chine et d'ailleurs (Annexe D 13), mais elle il est possible qu'elle soit utilisée comme moyen de chantage pour manipuler la marionnette Emmanuel Macron. Après le coffre-fort de Donald Trump (Annexe D 17), il apparaît très vraisemblable que, en Israël, des affiches géantes aient été placardées avec ce message troublant : "Président Macron que feriez-vous si Jean-Michel était retenu en otage par le Hamas ?" (+ photo extraite d'une vidéo de 14 secondes). Et alors, là c'est sûr même si cela a pu paraître invraisemblable, la tour Eiffel a été illuminée aux couleurs d'Israël, un acte religieux juif s'est déroulé à l'Elysée (article), etc. Eric Verhaegue pourrait avoir raison quand il écrit : "Visiblement, l’évocation ou la menace d’évocation de dossiers personnels pourrait avoir suffisamment d’impact sur la stratégie française pour que des gouvernements étrangers en jouent comme d’une arme.

      Lionel Labosse demande aux députés et sénateurs d'enquêter sur cette affiche (ici sur un article de Jeune Afrique, photo AFP)
      N'hésitez pas à en parler à votre député ou sénateur, et autour de vous lors des fêtes de fin d'année... Avec le lien pressibus.org/brigitte ...
    3. La découverte d'une nouvelle photo de Jean-Michel permet de réévaluer certaines ressemblances. C'est particulièrement net pour les photos en provenance d'Alger (Chapitre 25) avec ces comparaisons Betaface :

      Avant (et toujours valable) 70, 67, 62. Maintenant : 81, 78, 69, deux sur trois au-dessus du seuil de 75%.
    4. Revenons sur les scénarios. Lors d'une enquête, on en imagine et on leur attribue une probabilité qui évolue au fur et à mesure de la connaissance de nouveaux indices, en s'approchant progressivement de la réalité. On a ainsi abandonné deux hypothèses : Brigitte Trogneux jamais née et Catherine Audoy mère des trois enfants. On s'appuie sur des acquis, la certitude que Brigitte Macron est née homme et l'intime conviction qu'elle est son frère Jean-Michel. Le scénarios B2 de Face++ récuse, avec peu de fondements, deux éléments qui semblaient acquis : l'inexistence de André Louis Auzière et Jean-Michel Trogneux père des trois enfants. Sauf surprise, cela redeviendra acquis. On devrait aussi admettre que cette affaire n'a pas débuté vers 1985, ni même vers 1974 mais vers 1961 en considérant à quel point il est extraordinaire que Jean-Michel Trogneux fasse des études à Alger en 1963, juste après l'indépendance de l'Algérie en 1962. Seul un énorme événement familial chez les Trogneux a pu l'y amener. Comme la mort non déclarée de la petite Brigitte et son remplacement par un enfant Auzière, avec une contrepartie qui permette aux services secrets français d'agir en un pays devenu hostile. Il peut exister une autre cause, à découvrir, mais le début de l'affaire Brigitte démarre là et ce sont les parents Jean Trogneux et Louis Auzière qui ont manigancé cela. Ensuite ce sera ce que nous avons appelé "l'engrenage des mensonges". Quant à l'existence de Brigitte née Auzière, elle ne fait pratiquement aucun doute à cause du mariage de 1980 célébré par des personnes étrangères à cette affaire : c'est le nom de naissance des témoins qui est inscrit sur l'acte. Rappel :


  6. Le 19 décembre 2023. L'aumônier, debout à droite de la photo de classe récemment découverte, est certainement Pierre Herriman, le Jésuite qui a célébré la messe de mariage de 1974, à considérer, ci-contre, le score de 85% en comparaison Betaface. Comme on s'en doutait (Annexe A 48), le père Herriman était très proche de la famille Trogneux. Il était probablement présent au drame qui l'a touchée vers 1961, il a couvert la non-déclaration de la disparition de Brigitte, il a été complice de son remplacement par Brigitte née Auzière et, pour protéger Jean-Michel et pour permettre son union avec sa pseudo-soeur, il a apporté sa caution au mariage falsifié de 1974.
    Hier soir, Xavier Poussard s'est longuement entretenu avec Mike Borowski (de la revue Géopolitique profonde) en une très intéressante vidéo de 1h 28 mn. Il nous confirme ses informations de F&D et en présente de nouvelles, qui nous amènent à réviser notre positionnement. Voici les principaux points que nous retenons :

    1. Les comparaisons adulte / adulte de Face²++ sont pratiquement infaillibles (100%) (d'où la certitude que Brigitte Macron n'est pas la mariée de 1974), mais que les comparaisons enfant / adulte sont plus délicates et donnent une bonne indication à partir de 50 % (d'où la très forte probabilité que Jean-Michel Trogneux enfant soit Brigitte Macron). En conséquence, et nous nous devons de l'admettre, le marié de 1974 et le décédé de 2019 (P.-S. 14), tous deux présentés comme André Louis Auzière, sont une même personne. Mais le fait que la deuxième photo soit de mauvaise qualité, présente une personne en maillot de bain et apparaisse ainsi complètement incongrue en première page d'un livret de décès (apparemment sans autre photo de lui), amène à considérer qu'elle est la photo d'un ami lointain de la famille, perdu de vue. Cela confirme plutôt que André Louis Auzière est un personnage fictif.

      Les Auzière et Trogneux connaissaient tellement peu celui qui a joué le rôle du marié sur la photo
      du mariage de 1974, qu'ils n'ont trouvé que cette autre photo de lui pour illustrer son décès en 2019,
      au risque de concourir pour la plus ridicule photo de décès à travers le monde...
      Pour quelqu'un soumis à une grosse polémique sur son existence même, censé avoir été marié
      avec la "première dame" et avoir eu trois enfants avec elle, nous ne connaissons que ces deux photos !
    2. A partir de 41 mn 43, Xavier Poussard indique que des personnes lui ont montré des photos de Brigitte Trogneux, à titre privé (donc non publiables) et qu'elles sont sures que la communiante et la mariée de 1974 sont la même personne. Il en conclut (à 41 mn 23) avoir la confirmation que "Brigitte Trogneux était bien la communiante et la mariée". Sauf, à notre avis, que ce n'est pas Brigitte n°1 née Trogneux mais Brigitte n°2 née Auzière. Brigitte n°1 a disparu vers 8 ans (1953-1961), elle a été remplacée par Brigitte n°2 vers 9 ans, que tout le monde considère, de bonne foi, comme Brigitte Trogneux. La communiante a environ 11 ans. Sauf a avoir des informations le contredisant, elle est Brigitte n°2 née Auzière qui serait aussi la mariée. Cela nous amène donc à ne plus considérer que la communiante serait Tiphaine Auzière. Par ailleurs, il y a lieu de considérer qu'il y avait une certaine ressemblance entre ces deux Brigitte, sinon la seconde n'aurait pas été choisie pour remplacer la première. Cela peut expliquer cette comparaison Betaface :

      La première comparaison (75 et 70%, en partie montrée dans l'encadré précédent) est effectuée, à partir d'une photo
      légèrement retouchée de la mariée, la seconde (80 et 75%) à partir de la photo du journal, non retouchée.
      Rappelons que nous estimons que les oreilles de la première photo ne sont pas celles de la mariée.
      On peut aussi estimer que, sur la première photo, la chevelure est moins blonde que dans les deux suivantes.
      On est aussi surpris que la fillette de 5 ans ressemble davantage à la mariée de 21 ans qu'à la communiante de 11 ans.
      Nous reconnaissons que cette comparaison donne un peu plus de crédibilité à l'hypothèse que nous avons appelée ci-dessus B2 Face++, qui devient maintenant l'hypothèse F&D 527 de fin 2023, et contredit en apparence notre hypothèse A, que nous appellerons désormais l'hypothèse Pressibus de fin 2023, à laquelle nous croyons toujours fermement, pour les raisons déjà exposées.
    3. Xavier Poussard (à partir de 1h 02 mn) a insisté sur les inquiétantes implications internationales de cette affaire. L'affiche israélienne (montrée au-dessus), apparemment largement diffusée, n'en est qu'une manifestation parmi de nombreuses autres, plus ou moins révélées. C'est assurément une des marques du déclin, mélé de mépris et d'ironie, de la France à l'étranger, notamment en Algérie et au Maroc (article pointant "des doutes sur l'identité sexuelle" de Brigitte).
    4. Il ne fait pas de doute que cette comparaison Face++ a été réalisée par de nombreux services secrets étrangers, qui savent ce qui est caché et peuvent, par leurs dirigeants, faire chanter le couple élyséen.
    Aujourd'hui même, Xavier Poussard a accordé un deuxième entretien, en une vidéo de 49 mn 24, à Eric Verhaegue (du site Le courrier des stratèges), lequel estime que "Faits & Documents" a remplacé "Le Canard Enchaîné" (ce que nous confirmons, cf. Annexe D 19). Il y a beaucoup de redites par rapport à l'entretien précédent, sans nouvelle révélation, mais il est bon de retenir les éléments suivants, déjà connus, mais non encore développés ici :
    1. (vers 28 mn 50) On peut estimer qu'il y a eu vers 1992, un acte d'atteinte sexuelle par l'adulte Jean-Michel Trogneux, 47 ans, ayant autorité, sur le mineur Emmanuel Macron, 15 ans. Mais, étant donné que nous savons très peu de choses sur Jean-Michel Trogneux auparavant, il est légitime de se demander s'il s'agit d'un "one shot" ou d'une "situation de récidive".
    2. (vers 30 mn 42) L'ascension d'Emmanuel Macron est fulgurante. En très peu de temps, en faisant croire qu'il est un génie, ce qui est loin d'être vrai, il effectué un parcours étonnant à l'ENA et à la banque Rothschild, il a écarté trois premiers ministres (Fillon, Juppé, Valls) et deux présidents de la République (Sarkozy, Hollande). Qui donc l'a ainsi "pistonné" ?
    En conséquence nous apportons le deuxième correctif suivant, après celui du 25 février dernier (sans parler de la photo 2019 du décès, que nous ne connaissions pas en 2022) :
    Correctif n°2 à notre dossier 2022, en date du 19 décembre 2023
    La photo de la communiante n'est pas celle de Tiphaine Auzière, mais, probablement, celle de Brigitte née Auzière. C'est la deuxième photo que nous avons d'elle.
    Et nous estimons comme plausibles les trois hypothèses suivantes :
    Trois hypothèses de fin 2023 sur Jean-Michel Trogneux
    Tronc commun. Brigitte Macron est une transsexuelle née en 1945 sous le nom de Jean-Michel Trogneux. Brigitte née Trogneux, petite soeur de Jean-Michel, a existé. Brigitte mariée Macron n'est pas la mariée de 1974, elle n'est pas la mère des trois enfants Auzière. Elle a usurpé une identité qui n'est pas la sienne lors de son mariage avec Emmanuel Macron, en 2007.
    Hypothèse Pressibus (déjà en fin 2022)
    • Trois personnes se sont faites appeler Brigitte Trogneux. Elles sont nées Brigitte Trogneux, Brigitte Auzière puis Jean-Michel Trogneux.
    • André Louis Auzière, premier mari en 1974 de Brigitte Macron, est un personnage fictif, qui a parfois pu être personnifié par Jean-Louis Auzière et par la personne présente sur les photos de 1974 et 2019.
    • Jean-Michel Trogneux (= Brigitte Macron) est le père biologique des trois enfants Auzière.
    • Il s'est passé un évènement essentiel vers 1961 qui a conduit Jean-Michel Trogneux à Alger en 1963 : la disparition, non déclarée, de Brigitte née Trogneux.
    Hypothèse intermédiaire
    • Deux personnes se sont faites appeler Brigitte Trogneux. Elles sont nées Brigitte Trogneux puis Jean-Michel Trogneux.
    • André Louis Auzière est un personnage fictif, qui a parfois pu être personnifié par Jean-Louis Auzière et par la personne présente sur les photos de 1974 et 2019.
    • Jean-Michel Trogneux (= Brigitte Macron) est le père biologique des trois enfants Auzière.
    • Rien d'essentiel n'a eu lieu vers 1961 et le passage de Jean-Michel Trogneux en 1963 à Alger, s'il a eu lieu, est anecdotique.
    Hypothèse F&D 527
    • Deux personnes se sont faites appeler Brigitte Trogneux. Elles sont nées Brigitte Trogneux puis Jean-Michel Trogneux.
    • André Louis Auzière est un personnage qui a vraiment existé. Il est le père des trois enfants Auzière.
    • Jean-Michel Trogneux (= Brigitte Macron) est leur oncle.
    • Rien d'essentiel n'a eu lieu vers 1961 et le passage de Jean-Michel Trogneux en 1963 à Alger, s'il a eu lieu, est anecdotique.
    Dans les deux premières hypothèses, le mariage de 1974, avec un personnage fictif, est falsifié, il ne l'est pas dans la troisième. Dans la première, la cause de la falsification est évidente : la mariée ne peut pas épouser celui qui est censé être son frère. Dans la seconde hypothèse, la cause de la falsification est énigmatique.
    Il y a aussi l'hypothèse du dossier NBI en 2022 (Annexe A 37), selon laquelle Jean-Michel Trogneux serait le père d'Emmanuel Macron. Elle peut se greffer sur chacune des trois hypothèses ci-dessus. Nous la croyons toujours très improbable et F&D ne l'a même pas évoquée. Aucun nouvel indice n'est venu la renforcer. Enfin, l'hypothèse de Natacha Rey (qui, début 2022, était dans les hypothèses Pressibus et F&D), selon laquelle Catherine Audoy serait mère des trois enfants, n'apparaît plus plausible.
    Nous formulons le voeu qu'une analyse ADN permette de savoir si Brigitte Macron est le père des trois enfants Auzière.



  7. Le 21 décembre 2023.
    1. 215 millions de doses de vaxxins Covid ont été jetées dans les différents pays de l'Union européenne, pour une valeur estimée à plus de 4 milliards d'euros (article). Quel énorme gâchis, alors que les soignants européens sont mal considérés et trop peu nombreux... On revit en plus important le gâchis des vaccins H1N1 (383 millions d'euros gaspillés en France, d'après la cour des comptes, article de 2011). Et la dette monte, monte... Plus il y a de Macron, pire c'est. Le bilan 2023 est terrible et c'est parti pour encore empirer... Et il faudrait protéger son romantique amour avec Brigitte ? Alors que c'est son talon d'Achille...

      Extrait de la couverture de "Paris-Match" de fin mars 2023, image du site "La Macrothèque" et image sur Telegram.
      La Macrothèque présente une page de tweets de Jol Vil traitant des Trogneux, des Auzière... Et elle pointe sur un
      article montrant que Macron n'aurait déclaré que 3,3 millions d'euros sur les plus de 40 gagnés chez la banque Rothschild.
    2. Voilà deux ans que l'affaire Jean-Michel Trogneux, ou Brigittegate, a éclaté. La situation médiatique a évolué. Alors qu'en décembre 2021 et début janvier 2022, les médias bien pensants, de Valeurs Actuelles à Libération, souvent sur la base de l'AFP, poussaient des cris d'orfraie (la fameuse et honteuse "rumeur transphobe"), les réseaux sociaux s'enflammaient (vite partiellement censurés) et quelques rares petits médias indépendants reprenaient les informations de Natacha Rey et Xavier Poussard / F&D. Cette "rumeur" n'a guère faibli durant ces deux années et elle colle à Brigitte Macron comme le sparadrap du capitaine Haddock. Pardi, chacun peut se rendre compte que l'Elysée est incapable d'apporter un démenti factuel, simplement parce que Brigitte Macron est véritablement née Jean-Michel Trogneux ! Les preuves s'accumulent, les médias étrangers le disent de plus en plus largement, les journalistes français n'osent même plus prétendre que c'est faux et évitent le sujet... Le couvercle de la désinformation a été remplacé par celui de la censure, mais la vérité reste en ébullition. Jusqu'à quand le couvercle tiendra-t-il ?
    3. En cette situation intermédiaire, faisons un point de la situation sur la Toile francophone. Les médias généralistes se divisent en trois catégories :
      Les désinformateurs
      Arrêt sur images, 20 Minutes, AFP, Atlantico, L'Avenir, BFM TV, Blast, CNews, Conspiracy Watch, La Dépêche, Le Devoir, Les Envahis, Europe 1, L'Express, Le Figaro, Franc-Tireur, France-Bleu, France TV Info, Front Populaire, Le Huffington Post, Le Journal de Québec, Libération, La Libre Belgique, Marianne, Le Monde, Numerama, L'Obs, Ouest-France, Le Point, La Presse, Le Progrès, RTL, Senego, SeneWeb, Sud-Ouest, TF1, Valeurs actuelles, etc.
      Les non-informateurs
      Algérie Patriotique, Basta ! Le Canard Enchaîné, Challenges, La Croix, Les Echos, France-Soir, Le Juste Milieu, Médiapart, Le Monde Diplomatique, Pas si dupes Quartier Général, Sud Radio, La Tribune, TVA Nouvelles, Le Vilain Petit Canard, etc.
      Les informateurs
      Le 360, Agoravox TV, Apar.tv, Le Courrier des Stratèges, L'Echelle de Jacob, Egalité Réconciliation, Freelance Infos, Géopolintel, Jem'InformeTV, Le Libre Penseur, Le Média en 4-4-2, Moins de Biens Plus de Liens, Planète 360, Nakala.net, Profession Gendarme, Qactus l'Informateur, Regards sur l'Economie, Réseau International, Riposte Laïque, Top Vidéo Service, Les Zarceleurs, et c'est à peu près tout.
      Les "informateurs", selon les cas, prennent position ou adoptent une position neutre. Pour le futur, il serait bon d'ajouter une colonne "Les désinformateurs repentis", mais elle risque d'être réduite... En cet article, Lionel Labosse a élargi les "informateurs" à une liste de personnalités, artistes, humoristes, blogueurs...
      Faisons un détour par la page Wikipédia de Brigitte Macron et mémorisons son désinformateur chapitre "Affaire Jean-Miche Trogneux", sachant que la page Jean-Michel Trogneux n'existe pas et que celle sur la Famille Trogneux a été supprimée (l'ancienne). Terminons ce tour d'horizon Web par les moteurs de recherche, à commencer par le plus utilisé, celui de Google, interrogeons-le de la façon suivante (à la date d'aujourd'hui 21 décembre 2023, matin) :
      1. "Brigitte Macron". Réponses par onglets : Tous, Actualités, Images, Vidéos.
      2. "Jean-Michel Trogneux". Réponses par onglets : Tous, Actualités, Images, Vidéos.
      3. Trogneux Poussard. Réponses par onglets : Tous, Actualités, Images, Vidéos.
      Les deux premières requêtes ne montrent que des liens désinformateurs. Elles sont l'objet d'une sévère censure par l'Europe et Google, indiquée par cette phrase : "Certains résultats peuvent avoir été supprimés conformément à la loi européenne sur la protection des données". La dernière requête, non censurée donc basée sur les liens les plus visités, pointe sur des sites informateurs, sauf quelques exceptions. On comprend là qu'il convient de fuir les requêtes désinformatives avec le message de censure, et d'être inventif dans les libellés de requête...
      Avec d'autres moteurs de recherche, les résultats sont similaires, sauf que l'indication de censure est souvent absente (exemple avec Yahoo).
    4. L'interrogation Google sur Trogneux et "Pasteur Doucé" donne des résultats à peu près corrects, mais ne pointe pas sur la mystérieuse photo qui réunirait, on l'a supposé, Jean-Michel et le pasteur. Nous l'avons présentée en fin du Chapitre 24 et la voici à nouveau ci-dessous à gauche. Bien que son origine soit indéterminée, nous pensons fortement y reconnaître Jean-Michel Trogneux féminisée (la "Véronique" de l'émission de TV 1977, Chapitre 14) et, moins sûrement, le pasteur. Avec la nouvelle photo de Jean-Michel écolier, nous avons effectué une comparaison :

      Pour Joseph Doucé, la comparaison Betaface n'est pas possible, à cause de la tête trop penchée. Pour Jean-Michel Trogneux,
      la comparaison (77 et 69%) apparaît assez probante, confirmant qu'iel n'est pas la mariée de 1974 (63%).
      Dans le téléfilm "Faites entrer l'accusé" sur le pasteur, il a été trouvé une silhouette qui pourrait être... (1 2)
      Correctif du 8 janvier 2024 : la première photo serait prise à Amiens, avec Brigitte et une autre personne que le pasteur (lien 2017).
      Au Chapitre 24, nous avons soulevé, avec prudence, l'hypothèse que le pasteur Doucé pourrait être le père biologique d'Emmanuel Macron. Rien n'est allé en ce sens en 2023, mais le scénario, bien que relativement improbable, reste plausible et se superposerait aux trois hypothèses principales. Ainsi semble se terminer notre évocation des scénarios résultants des diverses recherches, à la fin 2023.
    5. Suite à son entretien avec Xavier Poussard, Eric Verhaeghe a été "conduit au commissariat menottes aux poignets" pour une garde à vue de 24 heures. C'est ce que révèle un article d'Henri Dubost du 21 décembre sur "Riposte Laïque", rappelant aussi les ennuis fiscaux supportés par Xavier Poussard (texte des propos de Poussard, suivi d'interrogations).












  8. Le 23 décembre 2023. Haut les coeurs, voici les fêtes de fin d'année, rions de nos malheurs... Voici une sélection d'illustrations...



    Ci-dessus, une sélections de tweets. Ci-dessous deux affiches parodiques de CPolitic et de La Macrothèque.


    Et, pour finir, deux attitudes étrangement similaires et une chanson à entonner en choeur ou à siffloter discrètement,
    intitulée "Brigitte Macron, c’est Jean-Michel Trogneux" (mp3, vidéo), par Monsieur Zurlu.



  9. Le 12 janvier 2024. A la mi-novembre 2023, la chaine de télévision C8, en son émission TPMP, animée par Cyril Hanouna, a fait l'apologie du détournement de mineur par adulte ayant autorité, en se basant sur le couple Brigitte - Emmanuel. Ce serait une belle histoire d'amour entre un professeur de 39 ans et son élève de 15 ans, racontée dans un numéro de Paris-Match... Les commentaires sur Youtube de la vidéo de 13 mn 40 font foi de l'indignation des nombreux internautes qui ne sont pas dupes. Un exemple : "Sérieusement, vous avez pas l'impression qu'on vit dans un monde de fou ?". A 4'32" on apprend qu'avant d'être professeur Jean-Bri-Bri aurait été "attaché(e) de presse pour la chambre de commerce du Nord Pas-de-Calais", ce qui apparaît nouveau, et iel aurait passé le Capes avant d'être professeur, ce que l'on sait faux (Annexe A 32). Le matraquage publicitaire du couple Macron se poursuit donc. En janvier, comme chaque année, c'est l'opération médiatique des pièces jaunes, qui, notamment, aide les adolescents dont la santé mentale a été fragilisée par la gestion macronienne du Covid (lien). La prof de théâtre (au sketch hilarant) reste fascinée par les adolescents. Avec le soutien constant des grands médias, le déni de réalité verse dans l'outrance... Et trop de nos concitoyens se résignent encore au camouflage de ces mensonges d'Etat... Quand seront nettoyées les écuries d'Augias ?


    Début des 419 commentaires au 12 janvier. Et commentaires sur une pub Gala.

    Et pour cette nouvelle année 2024, rappelons notre hypothèse de 2022, confortée en 2023 :

    Ce schéma peut être accompagné de la lecture du préambule "Courtes réponses à 10 questions fréquentes".



  10. Le 14 janvier 2024. La nomination par Emmanuel Macron du nouveau premier ministre Gabriel Attal, le 9 janvier, est un effet flagrant de l'emprise des Young Global Leaders sur nos pays (voir une liste restreinte des YGL sur Wikipédia, compléments en liens de l'Annexe D 5). Ci-dessous, le panneau de l'affichiste Michel-Ange Flori et les extraits d'un article de Juan Branco illustrent la vaste manipulation qui propulse ce Macron boy. Ou plutôt Brigitte boy...

    Comment faisait-il ? Paris bruissait et commençait à s’interroger. Gabriel, lui, fonçait. C’est qu’après avoir fait le siège de son amoureux versaillais, Séjourné lui avait arrangé une rencontre auprès de Brigitte qui au gouvernement, auprès de Blanquer l’avait promu, et de Mimi Marchand et quelques autres proxénètes et trafiquants, l’introduisait. C’était eux qui, à la manoeuvre, avaient fabriqué ces articles que Paris Match et Bruno Jeudy s’étaient contentés de publier.
    [...]
    Gabriel avait compris que pour les êtres sans qualité, la solution était de courir, et de courir vite, sautant de maroquin en maroquin comme il irait de conjoint en conjoint, imitant Emmanuel Macron, c’est-à-dire recherchant ses promotions avant que le moindre résultat puisse lui être attribué. Avant que le moindre échec ne pût lui être imputé.
    [...]
    Agitation, mouvement et une importante équipe de communication – les seuls conseillers qui l’ont partout suivi traitent de ces questions : l’obsession, recouvrir l’imposture et se protéger de ses effets.



  11. Le 30 janvier 2024. Rémy Watremez anime avec faconde le blog Le juste milieu. Sa clairvoyance acide était d'une élégante pertinence lors de la crise Covid. Sur le sujet clivant du Brigittegate, il semblait se plier à l'omerta des grands médias. Il entre enfin dans ce qui pourrait être appelé le camp de la vérité, ou, pour le moins, celui de l'exigence de vérité. Il a étudié le dossier et a choisi ses angles d'attaque, privilégiant le détournement de mineurs et l'impact international, laissant de côté l'usurpation d'identité. Pourtant l' acte illégal du mariage de 2007 pourrait juridiquement justifier la destitution par les parlementaires d'un président de la République hors la loi, qui ne cesse de nuire à son pays. Comme l'avait prévu en début 2017 Alexis du Réau (chapitre 18), les manifestations s'enchaînent. Actuellement les agriculteurs tentent de bloquer la capitale, mais les moutons (médias, citoyens, parlementaires...) ne se décident pas à évincer la marionnette de l'Elysée...

    Deux images extraites de la vidéo de 35 mn, intitulée "Ce qu’il ne faut PAS dire sur Brigitte Macron". Derrière la vidéo introductive de 9 mn. ici, on lira avec curiosité les quelques 2.500 commentaires, montrant à quel point l'information s'est répandue, malgré l'omerta. A gauche la pédocriminalité de Brigitte ("Brigitte et le harcellement scolaire, c'est Zidane donnant des leçons de coup de boule", à 17'25). A droite, sur CNN en septembre 2022, Emmanuel feint de s'amuser du dossier 'French president" de Donald Trump (à 5'30). Ce dossier (lien) est toujours gardé secret, contrairement à ce que prévoyaient certains commentateurs.



  12. Le 15 février 2024. Le site "Faits & Documents" vient de publier la Une de son nouveau numéro, 528, entièrement consacré à "L'affaire Jean-Michel Trogneux", épisode 9 du "Mystère Brigitte Macron". 8 documents exclusifs et 5 photos inédites y sont annoncés. Avant d'en prendre connaissance et de les analyser, nous remarquons, à la lecture de l'éditorial, un tournant essentiel dans l'approche de Xavier Poussard. Jusqu'alors interrogatif et conditionnel, il est maintenant affirmatif : ""Brigitte" est en effet née homme sous le nom de "Jean-Michel Trogneux". Cet individu, qui se fait aujourd'hui appeler "Madame la Présidente" s'est fait connaître sous l'identité de naissance de sa soeur, Brigitte Trogneux". On y apprend aussi que, au terme de l'audience du 29 janvier dernier, le procès en diffamation intenté par "Brigitte" (et son double Jean-Michel Trogneux) contre de Natacha Rey et Amandine Roy (mais pas contre Xavier Poussard) (cf. P.S. 6 et P.S. 17) a été reporté en mars 2025. Encore un effort et on arrivera à la fin du mandat présidentiel. C'est la fuite en avant pour retarder au maximum la révélation du mensonge.


    Jean-Michel Trogneux, champion du monde de l'inversion accusatoire.
    Les moteurs de recherche présentent déjà en premier cette photo pour la requête "Brigitte Macron mensonges" (exemple).



  13. Le 19 février 2024. Le numéro 528 de Faits & Documents se décompose en deux parties. La première, de 5 pages, présente de nouvelles photos et des comparaisons associées. La seconde, de 11 pages, présente des pièces des trois procès intentés contre Natacha Rey et Amandine Roy. En tout, 39 pages des documents de jugement sont reproduites. Nous y reviendrons ultérieurement.

    La découverte de nouvelles informations permet de les confronter à la grille de lecture de notre scénario (des trois Brigitte Trogneux). Celui-ci pourrait s'en trouver conforté ou fragilisé, voire totalement invalidé ou confirmé. Dans le cas présent,nous restons dans un statu-quo, qui va plutôt dans le sens d'une légère consolidation. De son côté, Xavier Poussard reste sur son scénario précédent (des deux Brigitte Trogneux), restant aussi sur le statu-quo.


    Trois nouvelles photos de classe de Jean-Michel Trogneux, ci-dessus, sont présentées, de 1953, 1954, 1955. Les comparaisons avec Face++ confortent les ressemblances avec ses autres photos et celles de Brigitte Macron, ainsi que la dissemblance avec la mariée de 1974 et le "petit gros". C'est l'accumulation, maintenant impressionnante, de ces quasi-certitudes qui amènent Xavier Poussard à affirmer que Brigitte Macron est Jean-Michel Trogneux. Qui pourrait argumenter du contraire ? Et nous ajoutons la comparaison de voix avec Véronique la transexuelle en 1977 (lien dans le Chapitre 14) qui, à, défaut de comparer avec Jean-Michel, prouve que Brigitte est née homme. Ce sont là des preuves scientifiques qu'un Tribunal indépendant ne pourrait qu'accepter.


    Dans le cadre de son action en Justice contre Natacha Rey, Jean-Louis Auzière a fourni deux photos de lui-même, ci-dessus à gauche, datées de 1974, l'année du mariage. Ce sont là des confirmations de ce que nous avons admis le 19 décembre dernier (P.-S. 26) : Jean Louis Auzière n'est pas le marié André Louis Auzière photographié en 1974 et ce marié est l'individu en maillot de bain du document de décès de 2019 (photos ci-dessus à droite). C'est tout.

    Donc, quand Xavier Poussard, conclut que cela "referme définitivement la piste d'une équivalence entre les deux individus", ce n'est vrai que pour une équivalence totale, mais il est possible que, dans d'autres circonstances que ces deux photos, Jean-Louis Auzière ait pu prendre l'identité de André Auzière. Nous en avons d'ailleurs un indice probant dans la publication en 1969 d'un livre signé "André Auzière", : le fictif André Louis avait alors 16 ans environ et ne pouvait pas écrire un tel ouvrage de voyages. Voir la fin de l'Annexe A 30.

    Plus loin, dans ce numéro 528 (page 10), Xavier Poussard affirme à nouveau que "André Auzière et Jean-Louis Auzière sont bien deux personnes distinctes". Oui, mais, une fois de plus, il s'appuie sur les deux photos, en y ajoutant le livret de famille de ses parents (facile à corriger, pour des agents secrets) et une reproduction légendée de la photo de mariage. C'est léger, il est invraisemblable que d'autres photos, plus significatives, n'aient pas été présentées. Par exemple : André Louis fier de poser avec un de ses enfants qui vient de naître ! Ou entouré de ses trois enfants. Même pas une deuxième photo du mariage... Que Jean-Louis ait pris son identité ou pas est, après tout, accessoire, l'essentiel est que cet André Louis est, selon toute vraisemblance, fictif. Il n'existerait que par l'apparence de deux photos (la deuxième étant étrange), de vagues témoignages, d'un livret de famille, et des actes de mariage (célébré par celui qui a falsifié le mariage de 2007), de divorce (sur la foi du livret de famille ?), de décès (sous la présidence Macron), ainsi que trois déclarations de naissance. Sa famille apparaît incapable de présenter d'autres documents...

    Ah si : il est signalé (page 10) : "une photo de famille faisant figurer Jean-Louis Auzière et André Auzière", sans qu'elle soit montrée (pourquoi ? Et une comparaison avec la photo du marié...). Une telle photo et d'autres documents peuvent redonner du poids à un véritable André Auzière. Sachant, répétons-le, que démontrer que Jean-Louis n'est pas sur la photo de mariage, ou certaines autres, ne permet pas de conclure qu'il n'aurait jamais pris, selon les circonstances, l'identité d'André (comme pour le livre de 1969). Jean-Louis a grandi dans une famille d'agents secrets, l'un d'entre eux étant très haut placé (P.-S. 9), ce n'est pas à négliger, cela permet de fausser quelques actes et documents.

    Nous soulignons enfin que, dans ces nouveaux éléments, rien ne confirme que la mariée de 1974 serait Brigitte Trogneux née le 13 avril 1953 à Amiens. L'absence d'une telle confirmation conforte notre hypothèse de l'existence successive de trois Brigitte Trogneux (l'essentiel de l'argumentaire est dans le tableau du P.-S. 24). A nos yeux d'une probabilité un peu moindre, l'hypothèse de deux Brigitte reste tout de même très plausible.

    Ainsi, les trois hypothèses présentées en fin de P.-S. 26 (Pressibus, intermédiaire, F&d 527) restent présentes. On peut y ajouter une deuxième hypothèse intermédiaire : celle avec trois Brigitte et un André Louis Auzière réel (déjà présentée en "B2" dans l'encadré du P.-S. 24).



  14. Le 20 février 2024. Nous avons poursuivi la lecture de F&D n°528 avec les 39 pages de documents judicaires portant sur les trois procés intentés contre Natacha Rey et Amandine Roy. Nous avons déjà largement parlé des deux premiers, qui sont clos. Les seuls éléments nouveaux sont, pour le deuxième, les pièces fournies par la défense, signalés en fin du P.-S. précédent.

    C'est sur la troisième plainte, celle dont le procés est repoussé à mars 2025, que nous avons des révélations. Que reprochent les accusateurs, supposés être soeur et frère, Brigitte Macron et Jean-Michel Trogneux ? Les accusées auraient affirmé l'existence de "détournement de mineurs et de pédophilie". Cela est signalé assez brièvement, par trois fois, sans argumenter l'absence de détournement, comme si la diffamation était évidente, malgré les circonstances connues de la rencontre du jeune Emmanuel avec sa professeur de théâtre. L'essentiel de l'accusation, répété vingt-trois fois, porte sur le fait que, pour les accusées, Jean-Michel et Brigitte auraient falsifié des actes d'état-civil :


    A supposer que ces actes soient falsifiés, pourquoi donc Brigitte et Jean-Michel Trogneux les auraient-ils eux-mêmes faussés ? Il ne semble pas que Natacha et Amandine aient déclaré cela. On peut certes leur reprocher d'avoir estimé que des actes étaient falsifiés, mais les propos rapportés ne montrent pas qu'elles aient désigné les falsificateurs.

    De façon étonnante, Xavier Poussard écrit, en "Conclusion" : "[...] Aucun acte d'état-civil n'a été falsifié, ainsi que nous l'avons établi dans le n°527 de Faits & Documents [...]". Pourtant, les comparaisons de photos du n°527 n'établissent pas la validité d'actes administratifs. De notre côté, nous estimons qu'il peut y avoir plusieurs niveaux de falsification. Par exemple les actes de naissance des enfants Auzière peuvent être administrativement corrects (se basant notamment sur le mariage de 1974), alors que les parents déclarés sont faux.

    Ce qui est très curieux et extrêmement révélateur, dans ces accusations d'actes falsifiés, répétées avec tant d'insistance, c'est que le seul document dont on soit absolument sûr qu'il est falsifié n'est pas cité !! En effet, puisque, avec Xavier Poussard, nous sommes sûrs que Brigitte née Trogneux n'est pas la mariée de 2007 (le marié étant Emmanuel Macron), c'est qu'il est certain que cet acte a été falsifié ! On devine même par qui : par celui qui a officié la cérémonie, le maire du Touquet, Léonce Deprez, le grand ami du père à Jean-Michel (Annexe A 50). Et comme c'est lui aussi qui a célébré le mariage de 1974, il apparaît probable, avec ce que l'on sait d'autre, qu'il ait aussi falsifié cet acte.

    On se rend compte, là, à quel point cette troisième action judiciaire, comme les deux précédentes, évite au maximum de traiter le fond du sujet : Brigitte Macron est née homme.

    Un autre acte est aussi oublié : celui du mariage de Jean-Michel Trogneux et Véronique Dreux en 1980. Nous ne le croyons pas falsifié (Léonce n'est pas à la manoeuvre) et il prouve l'existence de Brigitté née Auzière, la Brigitte n°2 (Chapitre 30). La conclusion du dernier F&D se termine par : "Suite au prochain numéro"...



  15. Le 21 février 2024. Sous la présidence Macron, nous assistons à une décomposition impressionnante de la responsabilité des élus, députés et sénateurs, de tous bords. Peut-être par crainte d'être stigmatisés par les médias, ils se conforment à une "normalité" qui les rend transparents devant les décisions les plus arbitraires du monarque élyséen. C'était déjà criant lors de la crise du Covid, où la députée Martine Wonner était presque la seule à refuser clairement les diktats gouvernementaux. Comme le dit sa fiche bien pensante Wikipédia, elle a fait de la "désinformation" (et les ministres, et les médias, ils auraient informé ?), elle a formulé des "délires complotistes" (et le délire "Tous vaccinés, tous protégés" ?) et elle a été exclue de tous les groupes parlementaires. La stigmatisation complète. Le sénateur Alain Houpert avait alors agi dans le même sens, de façon un peu moins vigoureuse mais c'était déjà trop. Sa fiche Wikipédia (sans le mot "complotiste"), souligne tout de même sa condamnation pour "désinformation sur la pandémie de Covid-19". Bien sûr, la page Wikipédia dédiée à cette désinformation ignore celle d'origine gouvernementale (à part la disponibilité des masques), mais elle n'ose quand même pas nier l'efficacité de l'ivermectine, ni l'inefficacité des masques. Est-ce un léger progrès ?.

    Bref, alors que la France semble s'appauvrir de plus en plus, avec des révoltes populaires à répétition, alors qu'il apparaît très difficile de trouver 10 milliards d'euros manquants (lien), notre monarque, il y a un mois, a incité les parlementaires à augmenter très sensiblement le budget de l'armée (lien), abusant des mots "guerre", "menace" et "réarmement". Et voilà qu'il y a environ une semaine il a décidé, de son propre chef (le "fait du Prince"), de donner trois milliards à l'Ukraine pour que se poursuive l'effroyable boucherie rappelant celle de 14/18 (lien). Il n'y eut pas vraiment d'applaudissements, mais un silence général, comme si tout le monde regardait ailleurs... Même les paysans en colère n'ont pas osé dire que ces trois milliards les soulageraient. Ou ceux qui voulaient s'en indigner n'ont pas pu s'exprimer dans les médias. Il est pourtant invraisemblable que le mari/élève de Brigitte, la marionnette des USA, puisse dilapider une telle somme pour se montrer copain avec le jusqu'auboutiste de Kiev, qui refuse de comprendre qu'une partie russophone de ce qui était son peuple ne veut plus de ce qu'il représente. Les Français devraient pourtant savoir qu'on est en République et que, comme aux Etats-Unis ou dans les autres démocraties, ce sont les parlementaires qui décident de telles dépenses et de tels accords internationaux. La France serait-elle, à ce point, devenue une autocratie ?

    Heureusement, Alain Houpert est là, il est le seul à demander quelque chose d'élémentaire : que la Constitution soit respectée. Aux dernières nouvelles, il est rejoint par le député Nicolas Dupont-Aignan (vidéo), d'autres élus suivront peut-être. Il y a aussi les déclarations des anciens ministres Chevènement et Védrine. C'est tout à ce jour...


    Quant on constate un tel délabrement de notre démocratie, on comprend qu'aucun parlementaire n'ait encore eu le courage d'une Martine Wonner ou d'un Alain Houpert pour dénoncer le mensonge élyséen sur le sexe de la première dame. Or c'est parce que ce mensonge reste trop étouffé que le couple pervers de l'Elysée poursuit ses exactions.

    Pourtant, avec les deux derniers numéros de F&D, l'intime conviction que nous avions, que Jean-Michel est Brigitte, est devenue une certitude. C'est la réalité. Un pas est franchi. Nos élus peuvent donc l'affirmer, sans crainte de sanction judiciaire.


"Seuls les petits secrets ont besoin d'être protégés. Les grands sont tenus secrets par l'incrédulité du public." Marshall Mac Luhan.
"Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant." Jean Jaurès.
Ce dossier est sous licence Creative Commons by-sa.
Accès au dossier Brigitte Macron 2022 - Accès à l'Accueil